De grandes responsabilités viennent d’e-mails percutants

 

« … ton père vivait par une philosophie, un principe, vraiment. Il croyait que si tu pouvais faire de bonnes choses pour les autres, tu avais l’obligation morale de faire ces choses ! C’est ce qui se joue ici. Pas le choix. La responsabilité »

_ Ben Parker

“The Amazing Spiderman”

 

Je ne suis pas sûr de ce que cette citation du film The Amazing Spiderman signifie vraiment.

 

Mais, vous tous écoutez ceci :

Une question qu’on me pose le plus souvent quand je suis interviewé dans des podcasts est « Combien de temps devrais-je attendre pour vendre dans mes emails ? »

 

La réponse :

Pourquoi attendre ?

 

Écoute mon ami, as-tu un produit/service qui pourrait vraiment aider ta liste ? Si ta réponse est non, alors pourquoi le vends-tu ? Si ta réponse est oui (la réponse), alors quel bien leur fais-tu en le gardant secret et en prétendant ne rien (essoufflé !) vendre du tout ?

 

Je l’ai déjà dit et le redis encore :

(Et le « répète » encore inlassablement)

 

Vous avez une obligation morale et éthique d’au moins laisser les gens savoir que votre produit/service existe si cela va résoudre leur problème.

 

Je ne dis pas que vous devez forcer les gens à l’acheter.

 

Je ne dis pas que vous devez le surexposer sous leur nez.

 

Et je ne dis pas non plus que vous devez le rendre hyper sophistiqué et bien détaillé.

 

Je dis tout simplement que vous devez leur dire qu’il est possible d’acheter une solution qui pourra les aider avec leur problème qu’importe votre produit/service et que c’est à prendre ou à laisser. Ce ne sera pas votre problème.

 

Simple n’est-ce pas ?

 

Bien évidemment.

 

C’est pour cela que tant de gens refusent de le faire.

 

C’est beaucoup plus sûr et glamour de jouer la carte de la charité dans ses e-mails, prétendre être une bonne personne et qui ne vendrait rien par conséquent (ce qui n’a pas de sens du tout), ou de glisser subtilement votre proposition de vente dans le PS au lieu de le mettre bien en évidence.

 

Qu’importe, vous faites ce que vous voulez.

 

Cependant, ne pas vendre ne fait rien de bon à qui que ce soit.

 

Pas à vos prospects souffrants.

 

Ni à vos e-mails ennuyeux qui « donnent juste de la valeur » !

 

Et, certainement pas, à votre compte bancaire qui s’effrite considérablement.

 

OK !

 

C’en est assez avec cela.

 

Pour apprendre comment écrire des e-mails de vente où les gens voudront en savoir plus et fort probablement acheter, regardez ici :

[URL vers la formation]

 

Laurent Chenot

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Publié par Franck PARIENTI

Professeur universitaire à HEC. Directeur des programmations de formation pour les 30 campus Supinfo University. Coach Google. Coach Facebook. Professeur universitaire à Polytechnique Madagascar, Professeur pour 5.000 étudiants à Madagascar. Fondateur BusinessDigital Campus en ligne. www.linkedin.com/in/franckparienti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *