Vendre à la plupart des gens, bonne idée ou pas ?

 

Sujet un peu délaissé, mais qui reste toujours important à prendre en compte étant donné qu’on perd le focus général des gens de jour en jour :

 

Doit-on s’adresser à tout le monde pour vendre ?

 

(Soit à la plupart des gens)

 

Aucun préjugé de ma part là-dessus, sachant que moi-même je n’arrive pas à me concentrer sur une seule chose plus de 10 min parfois.

 

J’entame un ebook ?

 

Et je passe à une autre formation ou une autre vidéo après seulement 5 min.

 

Ça n’a même pas atteint les 10 minutes.

 

Je passe encore à autre chose, sur un article en ligne, ou même à une tout autre tâche.

 

Je vis parfois la même chose devant la télé :

Je zappe entre un film et un documentaire sans vraiment m’attarder sur l’un ou l’autre.

 

Heureusement, c’est rare que cela m’arrive (bien souvent quand la fatigue me gagne ou quand mon cerveau est trop bourré d’informations en tout genre, de tâches à faire, d’impressions par-ci et là…).

 

Selon moi, c’est l’un des plus gros problèmes des gens actuellement.

 

(ou de la génération « loose »)

 

La génération loose devient de plus en plus incapable de se focaliser sur une chose au fur et à mesure que les temps avancent.

 

On zappe tout !

 

Et pas uniquement sur la télé.

 

Sur Internet aussi.

 

Et dans l’ensemble de leurs tâches quotidiennes.

 

(Et l’abondance technologique qui nous entoure actuellement aggrave la situation davantage…)

 

On est arrivé à un point où l’on ne se souvient plus de comment on faisait avant le web et les smartphones.

 

Malgré cela, tu dois bien te souvenir de cette époque encore si récente si on a à peu près le même âge.

 

Et si tu fais du marketing en ligne,

 

C’est encore pire.

 

C’est un problème pour nous-mêmes

 

Car il faut suivre des processus longs pour apprendre ou pouvoir progresser.

 

Que ce soit une formation, un film documentaire, des enregistrements de séminaires.

 

Et c’est encore plus pour la vente.

 

Car comment proposer un produit ou un service à une personne incapable de se concentrer plus longtemps sur un contenu, de rester sur une même page pendant plus de 10 min ?

 

Deux solutions s’offrent à vous :

 

La première :

 

S’intéresser uniquement aux individus qui ne souffrent pas de ce problème d’inattention.

 

En écrivant un article au lieu de publier une vidéo.

 

En réalisant des vidéos longs et non des clips (vlogs) ou des modèles trop faciles à digérer.

 

Mais est-ce que cela ne ressemblerait pas à du suicide commercial ?

 

Je ne crois pas non !

 

En effet, même si notre cible se réduit en faisant cela, on s’adresse exactement aux gens qui deviendront nos meilleurs clients.

 

Le genre de personnes prêt à s’investir sur le long terme pour s’instruire et réussir avec nous.

 

Par conséquent, ils seront plus faciles à pousser à l’achat.

 

Étant donné qu’on aura du temps devant nous pour ce faire.

 

En même temps, ces personnes n’auront aucun mal à suivre et à appliquer nos formations.

 

Et leur effort aboutira à quelque chose.

 

Ce qui leur poussera à aller plus loin avec nous.

 

Et c’est comme ça qu’on les transforme en clients récurrents.

 

Et non pas seulement des visiteurs qui ne font que passer et qu’on ne verra plus jamais, car ils ne s’intéresseraient jamais à ce qu’on leur dit de faire.

 

Et la deuxième solution dans tout ça ?

 

Proposer des formats adaptés.

 

Mais suivant une stratégie bien précise.

 

Comme quand on fait des e-mails courts par exemple.

 

Des messages qui seront lus en moins de 4 minutes.

 

Et le rendre plus digeste en mixant informations instructives et divertissantes.

 

Plus léger.

 

C’est la façon la plus efficace qu’on applique actuellement dans le but d’intéresser en même temps les personnes qui souffrent des troubles d’inattention de plus de quelques minutes sans qu’elles aient envie d’aller naviguer ailleurs.

 

Il ne reste plus qu’à attirer leur attention au maximum dans vos e-mails (ou vos vidéos, parce qu’il est tout à fait possible d’appliquer les principes du mailing aux contenus visuels…).

 

En gardant comme objectif d’insérer dans leur tête l’idée de devoir travailler pour pouvoir appliquer les formations afin d’arriver à la fin promise.

 

Cela permet d’éviter qu’on s’adresse à des gens qui n’achètent jamais rien (ou rien qu’une seule fois).

 

Voilà une matière à réfléchir si tu n’y as jamais pensé.

 

Et pourtant, cela pourra changer le donne.

 

Comme ce que je fais déjà avec mes e-mails et que les autres ne font pas, mais qui marche bien pour ceux qui ont déjà suivi mes conseils.

 

Voilà [l’accès] (lien) pour y accéder dès maintenant.

 

Laurent

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Publié par Franck PARIENTI

Professeur universitaire à HEC. Directeur des programmations de formation pour les 30 campus Supinfo University. Coach Google. Coach Facebook. Professeur universitaire à Polytechnique Madagascar, Professeur pour 5.000 étudiants à Madagascar. Fondateur BusinessDigital Campus en ligne. www.linkedin.com/in/franckparienti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *